AUTEUR

Carolien Gehrels
Global Solutions Director – Energy Transition
Global Solutions Director – Transition énergétique

Le secteur de l'énergie représente plus des deux tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), qui contribuent directement au changement climatique causé par l'activité humaine. Pour accélérer la transition vers un monde neutre en carbone, le secteur mondial de l'énergie doit être moteur du changement. Tous les autres secteurs, y compris les transports et l'industrie, dépendent d'un réseau décarbonisé pour atteindre leurs propres objectifs de zéro émission nette. Nos villes sont les endroits où nous vivons, travaillons, nous nous déplaçons et socialisons ; mais à quoi ressemble réellement une « ville neutre en carbone » ? Quelles mesures pratiques pouvons-nous prendre pour atteindre cet objectif ?

 

La première question est peut-être la suivante : pourquoi se concentrer sur les villes en premier lieu  ? Elles représentent moins de 2 % de la surface de notre planète. Pourtant, selon ONU Habitat, elles consomment plus des trois quarts de l'approvisionnement énergétique mondial et produisent plus de 60 % des émissions de gaz à effet de serre.

Et ces chiffres ne font qu'augmenter.

D'ici 2050, 2,5 milliards de personnes supplémentaires résideront dans les zones urbaines, attirées par un accès facilité à l'emploi, au logement, aux transports, à la culture et aux loisirs. Cette promesse d'une meilleure qualité de vie entraîne également une pression accrue sur les ressources : plus de véhicules sur la route, plus de demande de services publics, plus de personnes utilisant des bâtiments inefficaces sur le plan énergétique et plus de constructions à impact carbone élevé. Tous ces facteurs contribuent à faire augmenter les émissions de GES, menaçant ainsi la santé et le bien-être des personnes et la prospérité économique à long terme.

Compte tenu des nombreux défis liés à l'urbanisation, comment pouvons-nous continuer à protéger la promesse d'une vie urbaine, tout en réduisant encore les émissions de carbone ?

La réponse réside dans la création d'un monde net zéro. Les villes neutres en carbone sont notre avenir, et la transition énergétique est la première étape vers la création de zones urbaines durables. Cela implique de passer d'un modèle énergétique basé sur les énergies fossiles à un modèle reposant principalement sur des sources d'énergie renouvelable et qui s'appuie sur les points forts de nos villes et produit des émissions de carbone limitées ou zéro émission nette.

Le secteur de l'énergie détient la clé qui peut débloquer les solutions dont nous avons besoin pour lutter contre le changement climatique. En outre, ces solutions auront un impact maximal si elles sont adoptées dans nos villes.

 

À quoi ressemblera la ville neutre en carbone de demain ?

Les conséquences du changement climatique sont universelles, mais chaque ville est unique, dans sa culture, ses ressources, sa géographie, sa topographie et aussi dans son action pour relever les défis du développement durable. Il existe pourtant des considérations communes.

Comme nous l'avons mis en évidence dans notre récent classement des villes durables 2022 d'Arcadis, les villes les plus prospères sont non seulement celles qui se portent bien économiquement, mais aussi celles qui répondent aux objectifs planétaires et de développement durable. Pour ce faire, elles doivent faire des investissements ciblés et intelligents, en particulier en matière de politique sociale et de stratégie environnementale.

Les villes qui arrivent en tête de notre classement sont celles qui placent les besoins de leurs citoyens au premier plan et qui veillent à ce que la politique publique, la consommation d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre soient toutes considérées dans une perspective à long terme.

En ce qui concerne la neutralité carbone, la première priorité doit être de réduire la consommation d'énergie. Pour ce faire, il nous faut développer des infrastructures vertes, augmenter les investissements dans les technologies des énergies renouvelables (telles que l'énergie solaire, l'énergie éolienne sur terre et en mer et l'énergie hydraulique) et accélérer les technologies d'émission négative comme la capture et le stockage du carbone.

Anvers est un excellent exemple pour illustrer les changements positifs qui peuvent être réalisés par une ville. Classée parmi les 10 premières villes sur le pilier Planète dans notre index des villes durables, Anvers veut devenir neutre en carbone d'ici 2050 et atteindre une réduction de 50 à 55 % des émissions de carbone d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2005. Afin de concrétiser cette vision, nous travaillons en partenariat avec la ville pour créer une feuille de route pour un réseau de chauffage urbain complexe. Ce sera une première pour la Belgique. Il s'agira de récupérer la chaleur résiduelle des entreprises industrielles et de la diriger vers d'autres bâtiments via un réseau souterrain. Cela permettra à Anvers de répondre à 10 % de ses besoins en chauffage d'ici 2030. Mais nous espérons que d'autres villes et municipalités soient inspirées par ce projet pour adopter une approche similaire.

 

L'Allemagne offre un autre exemple. Arrivée cinquième au classement général de notre index, la capitale, Berlin, s'est imposée comme l'une des villes les plus durables au monde. Particulièrement performante lorsqu'il s'agit d'avoir des niveaux relativement faibles d'exposition à l'environnement, l'une des plus grandes opportunités pour la ville de Berlin est de réduire davantage ses émissions de gaz à effet de serre. C'est exactement l'objectif que nous visons avec notre participation au projet de The Walter. Il s'agit d'un projet de campus industriel, situé près du nouvel aéroport international de Berlin-Brandebourg, destiné à accueillir des bureaux, des hôtels, des salles de congrès, des services logistiques et de l'industrie légère. Notre rôle dans la détermination de ses besoins énergétiques, et donc de sa stratégie d'approvisionnement énergétique, sera essentiel à son avancement. Notre rôle sera de déterminer les besoins en énergie - et donc la stratégie d'approvisionnement en énergie du projet.

 

Créer un cadre pour le changement

Il est évident que les villes doivent avoir une vision claire pour l'avenir et prendre des mesures décisives. L'engagement du public est important, mais les plus grands progrès devront être réalisés par les autorités publiques, grâce à la fixation d'objectifs officiels et la mise en place d'une stratégie pour les atteindre.

Partout dans le monde, les gouvernements, les municipalités et les instances dirigeantes ont reconnu la nécessité d'accélérer la transition vers le net zéro. Ces dernières années, différentes lois ont été promulguées pour aider à créer un cadre pour des villes plus neutres en carbone. On peut ainsi mentionner les injections massives de capitaux, comme récemment l'investissement historique de 369 milliards de dollars par le Sénat américain pour lutter contre le changement climatique, des directives comme le Pacte vert pour l'Europe, ainsi que des accords spécifiques à un pays comme l'Accord national sur le climat des Pays-Bas, qui a été conçu pour aider des secteurs spécifiques à atteindre leurs objectifs climatiques.

Avec autant d'actions positives déjà à l'œuvre, les villes ont beaucoup à apprendre les unes des autres. Le partage de bonnes pratiques et la collaboration entre les pays sont les meilleures façons de créer un véritable impact. De l'accès partagé aux infrastructures énergétiques au transfert des compétences et des connaissances, les solutions les plus efficaces seront celles qui peuvent être adaptées et reproduites dans les villes du monde entier.

Intéressons-nous au cas de l'Australie. Bien qu'elles soient derrière leurs homologues européennes dans notre dernier classement des villes durables, de nombreuses villes australiennes commencent aujourd'hui à se lancer dans la course, en investissant dans les infrastructures et en veillant à ce que le développement durable soit intégré au cœur de leurs actions.

Cela peut être illustré par le travail que nous avons fait dans la région de Daintree dans l'Extrême nord du Queensland, une région réputée pour sa forêt tropicale protégée au patrimoine mondial et pour ses systèmes écologiques uniques. Nous collaborons avec Volt Advisory pour concevoir le Miniréseau de Daintree. Auparavant, plus de 4 millions de litres de gasoil étaient brûlés chaque année. Désormais, le miniréseau permettra à l'énergie renouvelable de fournir plus de 90 % des besoins d'énergie aux résidents, aux tours opérateurs et aux entreprises locales, et jusqu'à 100 % lorsque les phénomènes météorologiques extrêmes ne sont pas pris en compte. C'est un tournant non seulement d'un point de vue environnemental, mais aussi en termes de bénéfice pour les résidents et les entreprises locales.

De même, si nous traversons le Pacifique, nous pouvons également tirer des leçons importantes des États-Unis. Nous avions déjà réalisé un audit énergétique à l'échelle de la ville de Wallkill dans l'État de New York. Le projet était cofinancé par la New York State Energy Research and Development Authority et comprenait divers bâtiments, une mairie, un garage, des systèmes de transport et de traitement de l'eau et des eaux usées et un centre communautaire.

 

Nous devions examiner la consommation d'énergie existante et déterminer les économies qui pourraient être réalisées. Nous avons identifié des opportunités de réduction de la consommation d'énergie de près de 15 %. De plus, nous avons également envisagé de transformer un site d'enfouissement de 15 acres en une centrale électrique solaire. Le projet a été jugé techniquement et financièrement réalisable et a été mis en œuvre par le biais d'une vente directe d'électricité virtuelle. Arcadis était en charge de la coordination des services publics, des permis de construire, de la conception détaillée, de la gestion de la construction et de sa mise en service. Ce projet a permis non seulement de donner une nouvelle vie à une zone désaffectée, mais aussi de produire suffisamment d'électricité propre pour alimenter 300 foyers chaque année, grâce à un système d'électricité photovoltaïque de 2,4 MWdC.

 

Quel en sera le coût ?

Personne ne peut contester l'urgence de lutter contre le changement climatique. Toutefois, le coût constitue souvent le principal point de blocage lorsqu'il s'agit de mettre en œuvre des solutions neutres en carbone dans nos villes. Selon Net Zero Europe, environ la moitié des investissements nécessaires pour soutenir la transition énergétique n'obtient pas d'issue commerciale positive.

Si nous voulons faire face à cet obstacle, les gouvernements et les entreprises doivent commencer à collaborer plus étroitement ensemble. Chez Arcadis, une grande partie de notre travail vise à faciliter ces conversations. Des investissements massifs sont sans aucun doute nécessaires, ainsi que des mesures qui peuvent permettre une planification et une autorisation plus souples dans la production, la transmission, le stockage, la distribution et la mise en place de réseaux d'énergie.

Les Pays-Bas, par exemple, sont un de ces pays qui cherchent à accélérer leur transition vers un approvisionnement énergétique durable, fiable et abordable. La ville de Rotterdam, actuellement à la 12e place de notre classement, porte une attention toute particulière à la transition énergétique et regorge d'exemples qui témoignent du travail accompli pour parvenir à la neutralité carbone. Examinons le cas de la Schouwburgplein, une place très urbanisée au cœur de la ville. Nous avons travaillé pour développer un système énergétique neutre en carbone basé sur le stockage de l'eau et un système de production d'énergie renouvelable et de récupération de l'eau. Cette place était déjà neutre à 40 % en matière de climat dès 2020 et est sur la bonne voie pour atteindre les objectifs.

 

Comme nous l'avons vu, le secteur de l'énergie est vaste et se montre innovant pour répondre aux besoins énergétiques en constante évolution de nos villes. Cependant, il y a encore du chemin à parcourir. La décarbonisation est cruciale pour atteindre des objectifs de zéro émission nette à plus grande échelle, mais elle nécessite un engagement et une coopération entre toutes les parties.

Les villes neutres en carbone peuvent devenir une réalité si nous travaillons ensemble pour contrebalancer les effets les plus néfastes de la crise climatique. Le changement doit se produire rapidement, et il doit se produire maintenant. Nous avons l'expertise et l'expérience nécessaires pour rendre possible la co-création de solutions énergétiques urbaines neutres en carbone, inclusives et durables.

Ce blog est le premier d'une série qui vise à définir les mesures concrètes que les villes peuvent adopter pour devenir neutres en carbone. Restez connectés pour obtenir de plus amples informations.

 

Learn more about what goes into creating prosperous cities in the Arcadis Sustainable Cities Index 2022

The Arcadis Sustainable Cities Index 2022

AUTEUR

Carolien Gehrels
Global Solutions Director – Energy Transition
Global Solutions Director – Transition énergétique