à 55%

moins de CO2 d'ici 2030

10%

couverture de la demande de chaleur d'ici 2030

71.000 ton

moins de CO2 par an d'ici 2030

Le défi

90 % de la chaleur que la ville d’Anvers utilise aujourd’hui provient de combustibles fossiles, tels que le mazout et le gaz, qui ont un impact négatif majeur sur le climat. C’est pourquoi la ville cherche des alternatives durables et abordables pour atteindre les ambitions climatiques qu’elle s’est fixées pour 2050. Grâce au « Plan Climat 2030 », la ville d’Anvers veut accélérer ce processus de durabilité et réduire de moitié ses émissions d’ici 2030 par rapport à 2005. À cet effet, elle mise entre autres sur un réseau de chaleur durable alimenté par la chaleur résiduelle.

La solution

Le réseau de chaleur durable acheminera la chaleur résiduelle des grandes entreprises industrielles et la chaleur provenant des eaux usées, par exemple, et la distribuera aux bâtiments de la ville via un réseau souterrain. D’ici 2030, la ville d’Anvers sera ainsi en mesure de chauffer durablement l’équivalent de 33 500 foyers. Grâce à la proximité du port, où est implanté le plus grand cluster chimique d’Europe, la ville d’Anvers détient la clé pour déployer ce réseau de chaleur à grande échelle. Une première de cette envergure pour la Belgique.

Arcadis, sa filiale Over Morgen et AKD remplissent un rôle de régie depuis 2020. Ensemble, nous examinons comment une grande partie de la ville peut être dotée d’un réseau de chaleur. Il s’agit notamment de déterminer le meilleur endroit pour aménager un tel réseau de chaleur, les types de bâtiments qui y seront ou non raccordés, ainsi que le modèle de marché et la politique qui seront appliqués pour réguler l’accès au réseau. En tant qu’accompagnateurs de parcours, nous élaborons une « feuille de route 2030 » pour la mise en œuvre de ce programme complexe de réseau de chaleur et fournissons également une expertise technique et juridique à la ville.

  • EN SAVOIR PLUS

    Emplacement et politique


    La ville d’Anvers a déjà défini neuf zones pilotes à fort potentiel pour les réseaux de chaleur. Sur la base de celles-ci, on a identifié des clusters de chaleur qui seront développés pour 2030. Le premier réseau s’étendra du nord d’Anvers aux quartiers de Luchtbal et Rozemaai. En tenant compte dès maintenant des grands travaux d’infrastructure prévus, il sera également possible d’aménager ultérieurement une connexion au réseau de chaleur le long du Ring.


    Arcadis et Over Morgen accompagnent tous les partenaires afin de prendre les bonnes décisions en matière d’investissement et, en collaboration avec la ville, nous mettons également au point un cadre pour l’ensemble de la politique relative aux réseaux de chaleur à Anvers. Cette politique doit préciser qui peut utiliser la chaleur, quelles sont les conditions et comment les nouveaux projets pourront être raccordés au réseau de chaleur à l’avenir. Au cours des premières années, ces clients seront principalement de grands bâtiments.

L'impact

Grâce à ce réseau de chaleur durable à l’échelle de la ville, Anvers sera en mesure de chauffer durablement l’équivalent de 33 500 foyers d’ici 2030, ce qui lui permettra de devenir neutre sur le plan climatique à l’horizon 2050. En utilisant la chaleur résiduelle, ce réseau de chaleur offre une plus grande sécurité énergétique et des prix plus stables. Le réseau de chaleur d’Anvers servira d’exemple à d’autres villes qui souhaitent concrétiser leurs ambitions en matière de neutralité climatique.


Compétences utilisées

Contactez {name} pour plus d'informations et pour toute question.

Arcadis utilisera votre nom et votre adresse électronique uniquement pour répondre à votre question. Vous trouverez de plus amples informations dans notre politique de confidentialité.