• Communiqué de presse
  • 27 juin, 2019
  • Paris

Arcadis présente son étude sur les litiges dans la construction

Paris - L’étude « Global Construction Dispute 2019 » dévoile qu’en Europe continentale, malgré une nouvelle augmentation du montant des litiges et de leur durée de résolution en 2018, une amélioration se profile dans la prévention et la résolution des litiges.

Arcadis, société internationale d’ingénierie et de conseil pour les actifs naturels et construits, dévoile les résultats de la neuvième édition de son étude sur les litiges dans la construction, intitulée cette année « Bâtir les fondations du succès ».

Le rapport « Global Construction Dispute » analyse les litiges des projets de construction dans le monde au travers d’indicateurs tels que le montant, la durée et les causes des litiges ainsi que les méthodes de résolution.

Durée et montant des litiges en hausse en Europe continentale, pour la deuxième année consécutive

Le montant et la durée de résolution des litiges continuent d’augmenter en 2018 en Europe continentale.

Comme évoqué l’an passé, une des raisons pouvant expliquer les longs délais de résolution des litiges observés en Europe (20 mois en moyenne en 2018) est l’approche culturelle de gestion de projet qui diffère de l’approche beaucoup plus contractuelle des pays anglo-saxons.

Par ailleurs, les coûts de construction, notamment les coûts de matériaux et de main-d'œuvre, augmentent partout en Europe, ce qui affecte directement les projets, et par conséquent le montant des litiges, qui s’élève à 36 millions d’euros en 2018. Or le secteur de la construction dans son ensemble se porte plutôt bien dans de nombreux pays européens. En France et en Allemagne, les investissements privés dans les secteurs de l'immobilier et de l'industrie sont importants, et les entités publiques continuent d'investir de manière conséquente dans des projets d'infrastructure.

Une prise de conscience du secteur

Malgré l’augmentation du montant et de la durée de résolution des litiges constatés, ce rapport met en évidence cette année que la mauvaise gestion du contrat n’est plus la principale cause des litiges en Europe continentale, comme ce fut le cas auparavant.

En effet, l’étude met en exergue des améliorations et une prise de conscience plus importante du secteur en matière de prévention et résolution des litiges dans le monde. En Europe y compris en France, des efforts plus importants sont réalisés par les acteurs publics et privés de la construction pour prévenir et résoudre plus efficacement les litiges, tant en amont lors de la conception des projets et la réalisation des contrats, que lors de l’exécution des projets. Cela passe notamment par une meilleure gestion contractuelle et des risques, mais aussi un recours plus systématique à des méthodes alternatives de résolution des litiges, telles que la médiation ou la tierce expertise.

Jordi Recan, Responsable de l’activité Contract Solutions France chez Arcadis déclare : « L’importance du facteur humain est beaucoup ressortie de nos résultats cette année, dans toutes les régions du monde. Un rappel à la profession qui ne doit pas oublier que ce sont les hommes et les femmes qui sont au centre des projets et en détiennent les clés. Une amélioration pérenne s’accompagnera à fortiori d’une importante évolution comportementale. Nous avons déjà constaté cette année une prise de conscience et des efforts accrus dans la prévention et la résolution des litiges, qui témoignent d’une réelle volonté de la part de l’ensemble de la profession de mieux maîtriser l’issue des projets, quels que soient leur taille. Des améliorations qu’il faudra suivre de près dans les années à venir ! »

Cette étude a été menée par l'équipe Arcadis Contract Solutions et repose sur des litiges de construction mondiaux gérés par l'équipe en 2018 ainsi que des contributions d'experts du secteur.

Pour en savoir plus

Raquel Martins Goncalves

Responsable Marketing & Communication Posez-nous votre question
Share on Wechat
"Scan QR Code" on WeChat and click ··· to share.