• Communiqué de presse
  • 20 mars, 2019
  • Bruxelles

Nouvelle chaire pour une nouvelle approche politique pour l'infrastructure belge

Bruxelles - Arcadis soutient la nouvelle chaire de la VUB et de l’ULB, qui formulera une nouvelle approche politique pour l’infrastructure (de transport) dans notre pays. La Belgique est en effet souvent mal classée en la matière et se situe encore bien en deçà du niveau européen en ce qui concerne les investissements.

Nouvelle chaire de la VUB et de l’ULB

Travailler ensemble à une vision à long terme pour une infrastructure fiable et durable

La Chaire de recherche en “Infrastructure Asset Management & Life-Cycle Planning” est parrainée par Arcadis Belgium, Antea Group Belgium, Sweco Belgium et Tractebel, par l’intermédiaire de l’asbl ORI.
L’OCDE et le Forum Economique Mondial ont récemment confirmé que la Belgique est à la traîne en termes d’investissements dans les infrastructures. Malgré le mouvement de rattrapage annoncé, la Belgique chute à la 52e place mondiale en termes d'impact de l'infrastructure routière sur la compétitivité (WEF, Rapport sur la compétitivité 2018) en dessous du niveau atteint par la Croatie, la Lituanie, la Turquie, le Brunei et Chypre. Plusieurs raisons ont été avancées, telles qu'une politique budgétaire peu ambitieuse, une politique d’investissements en fonction de cycles électoraux, des instances municipales et provinciales en difficultés financières, etc.  Bref la qualité des infrastructures belges n’est pas à la hauteur des impôts payés par ses utilisateurs.

La nouvelle collaboration VUB-ULB vise, en collaboration avec les principales parties prenantes en matière d’infrastructure à tous les niveaux et dans les trois régions, à élaborer un cadre de résolution pour la gestion des infrastructures de transport belges.

"Au lieu de continuer à nous plaindre d’erreurs historiques que nous ne cessons de répéter, nous profitons du dynamisme actuel pour promouvoir de meilleures pratiques de gouvernance et de gestion. Notre point de départ est de passer à une perspective de mobilité qui garantit un niveau de service élevé aux utilisateurs tout au long du cycle de vie de l'infrastructure. La durabilité et l’accessibilité économique doivent aller de pair. Quelles pratiques anti-cycliques pouvons-nous développer pour que notre infrastructure publique soit réellement au service du contribuable et d'une pensée durable? À cette fin, nous lançons cette chair ", déclarent les professeurs Elvira Haezendonck (VUB) et  Manuel Hensmans (ULB).


Source: Communiqué de presse officiel de l'ULB.

Photo: Copyright ORI asbl