• Services:
  • Secteurs:
  • Région: Europe , Belgique

L’amenagement des plaines inondables et des zones humides offre une solution pérennes faceaux inondations

Belgique - Afin de se protéger contre les effets du changement climatique et des risques accrus causés par les inondations, il est important d’investir dans une infrastructure verte. Selon l’étude menée conjointement par Arcadis et Trinomics pour l’Agence Européenne pour l’Environnement (AEE), l’aménagement des plaines inondables ou des zones humides est une solution économiquement intéressante.

Œuvrer ensemble pour des villes résilientes qui résisteront à l’épreuve du climat

Sur le long terme, investir dans une infrastructure verte, aménager les plaines inondables ou les zones humides afin de prévenir les inondations permet de réduire les coûts liés aux risques climatiques, mais aussi les investissements financiers qu’ils est important de réaliser pour se prémunir contre ce risque.
C’est la conclusion du nouveau rapport de l’Agence Européenne pour l’Environnement (AEE) qui fait suite à l’étude réalisée par Arcadis et Trinomics. Les deux sociétés ont évalué les différentes options vertes possibles pour développer la résilience climatique, dans le cadre du risque accru d’inondation.
Ce rapport, intitulé « Green infrastructure and flood management — promoting cost-efficient flood risk reduction via green infrastructure solutions », souligne les défis et les opportunités dont disposent les états pour se doter d’options plus respectueuses de l’environnement afin de renforcer leurs défenses contre les inondations. Ce rapport a analysé six sites : les bassins de l’Elbe (Allemagne), du Rhône (France), de l’Escaut (Belgique) et de la Vistule (Pologne), l’analyse pointe le potentiel, en termes d’espace adéquat, de l’aménagement des plaines inondables le long de ces fleuves.

Le risque d’inondation augmente

Les inondations et les crues soudaines restent l’un des dangers naturels les plus fréquents en Europe. Environ 20% des villes européennes sont vulnérables face à ce phénomène. L’urbanisation accrue, l’imperméabilisation du sol et la conversion ou la dégradation des zones humides ont contribué à un risque accru, et les projections évoquent une augmentation de la fréquence et de l’intensité des inondations dans les prochaines décennies, en raison du changement climatique. Cela constitue donc un risque majeur pour l’économie, les infrastructures et pour la vie de nos concitoyens.
Pendant des siècles, des efforts ont été réalisé pour contrôler les inondations en Europe. Des écluses ont été aménagées, les fleuves ont été contenus par des digues pour protéger les terres. Ces mesures ont transformé le paysage naturel et altéré l’écoulement de l’eau dans toute l’Europe. Les zones humides ont été converties en terres agricoles ou urbanisées et le lien entre les fleuves et les plaines inondables naturelles a été rompue. L’utilisation de ces structures faites par l’homme peut aider à maîtriser le risque d’inondation, mais leur coût est très important, et elles sont souvent réalisées au détriment de la capacité naturel du terrain à absorber l’eau, de la vie sauvage, des poissons et des écosystèmes des fleuves. Leur construction a également entraîné une augmentation du risque d’inondation en aval, en raison de pics plus importants ou cumulés, et du débit plus élevée de l’eau.

Les solutions naturelles

Des budgets limités, les réglementations européennes, l’agriculture et les changements climatiques nous poussent à développer des solutions plus durables, avec un investissement moins important, pour relever les défis que présentent les inondations. Le recours aux infrastructures vertes telles que les plaines inondables et les zones humides est un investissement économiquement intéressant. Elles ne nécessitent que peu d’entretien et sont bien plus respectueuses de l’environnement que les barrages en béton ou les barrières, qui portent atteinte aux écosystèmes locaux. Ces zones peuvent offrir bien plus qu’une protection contre les inondations car elles sont un moyen efficace de réduire les émissions de carbone, c’est un havre de paix pour la vie sauvage et aussi des sites possible pour des bases nautiques.

La voie qui s’ouvre à nous

Le rapport souligne aussi qu’il faut faire plus pour améliorer les connaissances, l’expérience et la capacité, en adaptant les réglementations urbaines afin d’inclure des solutions naturelles dans la lutte contre les inondations des états membres de l’UE. Il précise également qu’une bien meilleure coordination des plans de gestion des inondations est indispensable entre les zones en amont et en aval, et entre les pays traversés par un même fleuve, afin d’améliorer le processus décisionnel et de mettre en œuvre une infrastructure verte pour maîtriser les inondations.


Télécharger le rapport complèt 

Pour en savoir plus