• Services: Conseil stratégique en environnement
  • Secteurs: Secteur public, Administration publique

Développement durable : la Commission européenne donne l'exemple

Europe - L’introduction du système de management environnementale EMAS a permis à la Commission européenne de rendre son fonctionnement plus durable et d’économiser une somme conséquente. Arcadis l’accompagne depuis 2009 dans l’amélioration continue de ce système.

58 millions d’euros

économisés grâce à des mesures de durabilité

1.513.000 m²

de sites de la Commission concernés

58 millions d’euros économisés

Le développement durable est une préoccupation de plus en plus évidente pour les organisations. Les efforts mis en œuvre pour réduire leur impact sur l’humain et l’environnement sont bénéfiques pour leur réputation, mais aussi, la plupart du temps, pour leurs résultats financiers. La Commission européenne veut encourager les entreprises à y prêter attention, par exemple en introduisant un système de gestion environnementale (Environmental Management System, EMS). Un tel système permet d’effectuer le suivi, de contrôler et de rendre compte des procédures et processus d'amélioration de la performance environnementale.

La Commission européenne a développé un système européen, l'Eco-Management and Audit Scheme (EMAS), donnant ainsi le bon exemple. EMAS se concentre sur la prévention des déchets, le recyclage, la mobilité durable, une utilisation efficace des ressources (énergie, eau et papier) et une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il est actuellement implémenté sur les sites de Bruxelles, Luxembourg et Grange (Irlande), ainsi que dans cinq centres de recherche à travers l'Europe, couvrant au total environ 1.513.000 m².

Depuis 2009, la Commission européenne fait appel à Arcadis pour auditer sa performance environnementale et son système de management EMAS dans une optique d'amélioration constante de ses performances. Sofie Willems, chef de projet : « Le principal défi se situe sur le plan organisationnel. Pour évoluer vers un fonctionnement plus durable, différents départements de l’organisation doivent collaborer. Un effet de bord intéressant est que grâce aux audits, les différents départements développent des synergies nouvelles qui leur permettent d'avoir de meilleurs résultats et de développer de nouveaux projets. »
Celso Sanchez Martinez, EMAS Management Representative de la Commission européenne : « L’avantage de faire intervenir un partenaire externe est que cela permet d’éviter le phénomène d’“aveuglement organisationnel“: quand on travaille longtemps dans une organisation, on finit par voir plus difficilement comment les choses peuvent s’améliorer. En plus de leur expertise, les spécialistes d’Arcadis ont aussi un regard neuf et détaché sur le fonctionnement de la Commission, ce qui fait souvent la différence. »

Au départ, le projet portait sur les immeubles de Bruxelles et de Luxembourg, mais EMAS s’est progressivement étendu à d’autres pays. « Nous pouvons compter sur un réseau d’experts locaux dans les pays où la Commission dispose de sites. Nous pouvons donc là aussi remplir la même mission », précise Sofie Willems.

Les résultats environnementaux d'EMAS sont également palpables financièrement. La Commission européenne à calculé une économie de 58 millions d’euros, uniquement grâce à l'économie d'énergie à Bruxelles entre 2005 et 2013. Cela équivaut à une économie de 290 euros par collaborateur et par an, alors qu’en 2013, le coût de gestion d’EMAS s’estimait à 60 euros annuels par collaborateur.

Chiffres clés

58 millions d’euros

économisés grâce à des mesures de durabilité

1.513.000 m²

de sites de la Commission concernés

6 ans

de collaboration entre Arcadis et la Commission européenne

Pour en savoir plus

Wouter Gevaerts

Directeur européen Évaluation et réhabilitation de sites +32 486 64 29 96 Posez-nous votre question