• Services: Planification et développement durable, Planification globale, Planification des transports, Conception et planification urbaine, Gestion des programmes et des projets
  • Secteurs: Secteur public, Administration publique, Transport, Rail et transports urbains

Projet urbain de la Porte de Vincennes

France - Paris -

Au côté de l’agence d’architecture Lambert Lénack Architectes Urbanistes, des paysagistes berlinois Topotek 1 et des éclairagistes LEA (Les éclairagistes Associés), Arcadis va concevoir pour la SEMAPA, Maître d’Ouvrage de l’opération, un projet dont l’objectif est d’améliorer la continuité urbaine entre Paris et sa banlieue mais aussi de développer les espaces publics dont une ceinture verte dédiée aux usages sportifs et de loisirs.
La Porte de Vincennes fait partie des onze sites du Grand Projet de Renouvellement Urbain (GPRU) de la Ville de Paris qui vise à revaloriser les portes et à développer le lien avec la banlieue parisienne. Clé de voûte de cette opération : la reconfiguration de l’échangeur central surplombant le périphérique est une opération d’une grande complexité technique et organisationnelle…
«La Ville de Paris nous a confié la mise en œuvre de l'opération de la Porte de Vincennes», explique François Valour, Adjoint au Directeur des Infrastructures et de la Construction au sein de la SEMAPA. « Cette opération majeure, qui s’inscrit dans une démarche globale de projets d’aménagement, vise notamment à améliorer le cadre de vie des habitants et à réorganiser l'interface pour rétablir des continuités urbaines. »

Différentes réalisations et enjeux
L’opération prévoit la création d’un programme mixte d’activités, de résidences pour étudiants et d’équipements articulés autour d’espaces publics et de jardins requalifiés, voire « amplifiés » à destination d’usages sportifs et de loisirs. L’échangeur actuel sera reconfiguré et ses trémies comblées pour permettre d’affirmer l’axe historique Nation - Château de Vincennes, et d’améliorer la continuité urbaine entre Paris et Saint-Mandé. La couverture du périphérique sera également complétée par la construction de bâtiments enjambant l’infrastructure.


Un défi pour l’ingénierie 
Dès 2018, la première phase de travaux sera lancée avec la reconfiguration de l’échangeur Cette opération représente deux défis principaux : celui d’ordre logistique qui vise à limiter le plus possible l’impact sur l’exploitation du périphérique. Le second est de trouver des solutions techniques innovantes pour faire accepter à un ouvrage complexe, vieux de 50 ans, de nouveaux usages (construction en surplomb).





Pour en savoir plus

Nicolas Boffi

City Executiv - Paris +33 (0)6 70 87 79 07 Posez-nous votre question