• Point de vue

Retour vers le futur : comment l’urbanisation nous oblige à repenser nos modes de vie en ville

« Co-living » est un terme anglais qui désigne un choix de vie en communauté. Si cela évoque pour vous les communautés alternatives des années 1960 ou les dortoirs universitaires, les choses ont bien changé puisqu'il s'agit bien d’un concept du 21ème siècle ! De la génération Y aux familles monoparentales en passant par ceux qui cherchent une alternative aux maisons de retraite, le « co-living » pourrait être une tendance de fond des évolutions sociales et urbaines de notre époque.

Stéphane Kirkland

Directeur Bâtiment France +33 (0)6 76 15 41 10 Posez-nous votre question

Mettre le citoyen au cœur des préoccupations de la ville 
Le modèle d’habitation dominant du XXème siècle, c’est-à-dire le pavillon unifamilial de banlieue avec un mode de mobilité reposant sur la voiture individuelle, a sans doute encore de beaux jours devant lui. Mais aujourd’hui, il y a clairement un appétit pour une diversité d’options dans les modèles d’habitation et les modes de vie qui vont avec. Il se pose en parallèle des questions d’accessibilité financière et de désirabilité dans un monde en recherche de connectivité malgré (ou à cause de) l’ubiquité des réseaux sociaux.

Qu’est-ce que le « co-living » ?
Le « co-living » correspond à un type de logement intentionnel et collaboratif dans lequel les résidents participent activement à la création et au fonctionnement de la communauté. Il s’articule autour de groupes d’affinités réunissant des personnes partageant des intérêts communs (activités sportives et de bien-être, dîners, etc.). 
Plutôt que d'acheter un appartement, les populations louent des logements à court ou long terme, qui intègrent des services comme le ménage et des activités diverses. Cela correspond à une modification sociale profonde où l’acte d’achat immobilier n’est plus l’aboutissement obligatoire d’un cheminement de vie et où le logement est acheté comme un service. Cette approche du logement selon les principes de l'économie partagée gagne de plus en plus du terrain.
Cette nouvelle vie en communauté, avec des offres très ciblées et très qualitatives, devient un modèle attractif. Elle permet l’accès à un foncier à des catégories – notamment les jeunes – économiquement exclus des centres-villes les plus attractives. Elle offre également des liens sociaux basés sur des groupes d’affinité de tous types. L’offre se déploie et se complexifie, et rencontre, partout dans le monde, son public.

Des défis urbains et des opportunités commerciales
Le « co-living », tout comme les locations temporaires ou le coworking, autres phénomènes de l’économie collaborative dans le domaine immobilier, a un impact sur les villes. Les actifs immobiliers et les manières de les mobiliser évoluent, ainsi que le fonctionnement des quartiers dans lesquelles ces évolutions ont lieu. Les promoteurs et les hôteliers développent des offres afin de rester pertinents dans un environnement où les modes de consommation sont très changeants. Les urbanistes, les architectes et les promoteurs sont à l’écoute de ces évolutions qui offrent des possibilités, mais posent aussi des problématiques nouvelles. 
Ce nouveau modèle économique pour le logement créé de nouvelles opportunités commerciales. Nous voyons actuellement l’éclosion d’opérateurs de « co-living » partout dans le monde. D’autres entreprises se focalisent sur les services permettant les nouveaux modes de vie. Kndrd, par exemple, a l’ambition de devenir le leader des plateformes technologiques d’opérations d’ensemble de « co-living ». Leur idée est d’utiliser la technologie pour automatiser la partie administrative de la cohabitation, autant pour l’opérateur que pour l’utilisateur. En choisissant leurs préférences, les futurs résidents peuvent trouver le logement qui leur convient le mieux et gérer tout le processus de réservation. Kndrd s’occupe ensuite des autres aspects de la vie en « co-living », comme les paiements, le ménage et l’entretien, les plannings et même les activités de la communauté.

Arcadis travaille avec les promoteurs et opérateurs de co-living dans le montage d’opérations commercialement pertinentes et économiquement viables dans un environnement changeant. Arcadis travaille également avec les villes et les urbanistes pour tirer profit de ces évolutions afin d’aider les décideurs à maintenir le dynamisme et la qualité de vie urbaine. Une palette très large de compétences et une visibilité mondiale sur les évolutions du logement, couplées à un appétit pour la mobilisation des meilleures solutions technologiques, sont essentiels pour tirer parti des tendances de fond qui sont en train de réinventer le monde de demain.


Pour en savoir plus

Stéphane Kirkland

Directeur Bâtiment France +33 (0)6 76 15 41 10 Posez-nous votre question
Share on Wechat "Scan QR Code" on WeChat and click ··· to share.