• Point de vue

L'empreinte énergétique, un autre enjeu des data centers

Le terme « Datacenters » est aujourd’hui largement entré dans le vocabulaire courant. Ils tiennent une place prépondérante dans notre économie et hébergent au quotidien nos données les plus sensibles. L’émergence de ce sujet depuis une dizaine d’années traduit des tendances fortes comme la nécessité de les gérer de façon « industrielle » avec une sécurisation maximale. 

Le salon Cloud Expo Europe qui se déroule du 15 au 16 Novembre à Paris est l’occasion de revenir sur la gestion de projets dans les datacenters et les nouveaux enjeux qui en découlent. 

Un secteur en pleine explosion
Deuxième économie de l’Union Européenne, la France connait une véritable explosion dans la construction et l’extension des datacenters. Plus de 20% de croissance est attendue dans ce secteur pour les 3 prochaines années. Des sociétés comme Microsoft ou encore AWS (Amazon Web Services) lancent depuis quelques mois des projets de construction de plusieurs dizaines de MW de puissance dans l’hexagone. Le marché de la colocation avec des acteurs tels qu’Equinix, Global Switch ou encore Interxion est aussi au beau-fixe. Les petites entreprises et les grands groupes du CAC 40 sont particulièrement demandeurs d’espaces où ils peuvent stocker leurs données les plus sensibles dans un cadre hautement sécurisé. 

Des standards industriels
PMP, Risk register, Design Management Process, Quality assurance process, MOP, SOP, EOP, … Tous ces termes qui étaient autrefois dédiés à des projets industriels comme dans l’Oil & Gas ou encore le Nucléaire arrivent dans le monde des data centers. 
Avec des clients toujours plus demandeurs en termes d’infrastructure (certains datacenters concentrent 100 MW de puissance) et de sécurité, les acteurs du Cloud ont dû revoir à la hausse leurs méthodes de management de projets.  
Le principal objectif de ces nouveaux outils est de garantir aux clients finaux que ce soit dans le cadre d’une construction neuve, d’une extension ou encore de travaux critiques une continuité de service et une construction durable tant que sur le plan économique qu’écologique. Nerf de la guerre dans ce secteur d’activité, le PUE mesure l’efficacité énergétique du datacenter. Plus il est proche de 1 et plus le datacenter est économe en énergie. De forts standards de management de projets avec une gestion des risques techniques, du planning et du budget garantissent notamment des objectifs de PUE ambitieux (proches de 1,1 pour les datacenters les plus récents). 

Pour lire l'intégralité de l'article des Echos, veuillez cliquer svp ici

Matthieu Gallego - Chef de projets en environnement critique certifié Prince 2®









Exemple d'une salle en exploitation