La France classée 8ème richesse mondiale pour les bâtiments et les infrastructures

Quelles nations construisent les bases les plus solides d'un futur succès économique ?

L’index Arcadis 2015 des richesses en actifs construits au niveau mondial indique que les pays d'Asie et du Moyen-Orient marginalisent les investissements européens et nord-américains.  Dans les 1O années à venir, ce phénomène ne fera que se renforcer.

Les économies avancées, et tout particulièrement l’Europe, voient se prolonger le ralentissement dans leurs investissements. Les actifs construits peinent à rassembler les fonds nécessaires à leur renouvellement en raison de la combinaison de l'austérité des gouvernements et le manque de confiance du secteur privé. En raison de la forte corrélation entClassement des richessesre l'investissement sur les actifs construits et la croissance économique, ce manque de financement pourrait avoir un fort impact à plus long terme sur la prospérité dans le monde occidental.

Depuis les années 2000, la plupart des grandes économies européennes ont connu un désinvestissement net significatif, notamment l'Allemagne, la Russie, la France, l’Italie et le Royaume-Uni. Seuls la Pologne, la Belgique et l’Espagne ont connu une croissance modeste de l'investissement de leurs actifs construits.

Richesse des pays en termes d’actifs :

TOP 3  mondial: Chine, Etats-Unis, Japon.

Place des pays européens dans le classement mondial:

Allemagne (5), Russie (6), Italie (7), France (8), Espagne (10), Royaume-Uni (13), Turquie (19), Pays-Bas (20), Pologne (21), Belgique (24).

Prévisions à dix ans :

En misant sur une continuité de sa politique, la Chine va affirmer et dépasser sa position actuelle. L'Inde devrait remonter au classement et terminer dans les trois premières places. D’une manière générale, les économies émergentes continueront leur progression,  ce qui fera perdre un peu plus de terrain à l’Europe.

Les décideurs politiques européens et le secteur privé doivent saisir les opportunités de profiter des possibilités d'investissement et des programmes européens tels que le Plan Juncker.

L’Orient intensifie la construction en bâtiments et infrastructures, l’Occident est à la traîne