• juin 12, 2017

Communiqué de presse - Pont de la Salpêtrière

Paris 13ème : Arcadis en charge de la conception et de la réalisation du pont de la Salpêtrière dans le secteur Austerlitz de Paris Rive Gauche

Sophie Rapatel

Responsable Communication externe & Marketing +33 6 03 52 70 45 Posez-nous votre question
Paris 13ème : Arcadis en charge de la conception et de la réalisation du pont de la Salpêtrière dans le secteur Austerlitz de Paris Rive Gauche
Le pont de la Salpêtrière franchira les voies de la gare d‘Austerlitz devant la chapelle de la Salpêtrière

Arcadis, société leader dans le conseil et l’ingénierie de la conception, a le plaisir d’annoncer qu’elle a remporté le concours pour réaliser l’ouvrage de franchissement du faisceau ferré de la gare d’Austerlitz lancé par la SEMAPA (aménageur du quartier Paris Rive Gauche) et la Ville de Paris. L'équipe lauréate du concours relatif à la maîtrise d'œuvre du pont de la Salpêtrière est le groupement Arcadis (ingénierie, mandataire), Wilkinson Eyre Architects (architecte) et l'Atelier Arpentère (paysagiste).
« C’est une grande victoire collective ; nous sommes très fiers d’accompagner la SEMAPA dans ce projet emblématique qui constitue un vrai défi technique, architectural et urbain » résume Jean-Patrick Jobbé Duval, chef de projet chez Arcadis. « Nous avons reconduit le groupement qui a fait ses preuves sur le projet du pont Saint-Lazare ; nous sommes donc avec l’agence Wilkinson Eyre les concepteurs des deux derniers ponts en date enjambant des faisceaux ferrés parisiens. »
Cet ouvrage, de 85 m de long sur 22 m de large, est voulu comme une place, comme un espace public, comme un lieu où l’on peut s’arrêter, contempler et admirer le paysage urbain.
Il permettra de désenclaver le quartier de la gare d'Austerlitz en reliant le boulevard de l’Hôpital à l'avenue Pierre Mendès-France.

« Le pont de la Salpêtrière s’inscrit dans une des ambitions fondatrices du projet d’aménagement de la ZAC Paris Rive Gauche visant à relier les berges de la Seine aux quartiers existants du XIIIème arrondissement de Paris en franchissant l’obstacle du faisceau ferroviaire de la gare d’Austerlitz », déclare François Valour en charge du projet au sein de la SEMAPA. 

Ce pont à deux travées offrira de nouvelles vues sur le contexte architectural très divers du quartier Austerlitz : la chapelle Saint-Louis de la Salpêtrière, le bâtiment des Grandes Divisions de Libéral Bruant, la Grande Halle Voyageurs de la gare d'Austerlitz et les nouveaux bâtiments du quartier Austerlitz dont le futur bâtiment du « Monde » conçu par l’agence Snøhetta.

Un ouvrage transparent et résilient
Le tablier en acier est constitué d'un caisson plein sur la travée sud et d’une structure en double poutre-échelle sur la travée nord, pour créer de la transparence et maintenir une parfaite horizontalité de sa sous-face. Des espaces de dimensions généreuses sont prévus pour les piétons et cyclistes. 

Des contraintes de réalisation liées à l’architecture et aux infrastructures existantes
Le futur pont de la Salpêtrière, l’un des derniers grands sites en développement de Paris intramuros, doit créer un nouveau lien piéton, cycliste et routier entre deux quartiers de Paris Rive Gauche. Il créera un nouveau lien tout en s’insérant harmonieusement dans un environnement urbain dense et diversifié, avec la prise en compte des monuments historiques en lien avec l’Architecte des Bâtiments de France.
Le pont se trouvant à proximité immédiate des voies ferrées et de la ligne 5 du métro, le concepteur doit faire face à des contraintes fortes liées à ces infrastructures existantes.
L’opération de mise en place sera complexe. Le tablier devra être construit sur la rive sud pour être ensuite lancé en plusieurs fois au-dessus des voies ferrées, nécessitant des coupures de circulation.

Le BIM, un réel avantage
Pour cet ouvrage, alors que ce n’était pas imposé par la SEMAPA, Arcadis a fait le choix, dès le concours, d’établir un modèle BIM permettant d’insérer le projet dans la réalité du site.
« Le recours au BIM, désormais d’emploi standard chez Arcadis, amène une réelle valeur ajoutée : les interfaces avec le bâti environnant existant et futur sont multiples et doivent être parfaitement appréhendées, dès les phases amont de l’opération », explique Didier Guth, directeur métier Génie Civil et Ouvrages d'art chez Arcadis. « La modélisation de l’existant, tel que le tunnel de la RATP, les réseaux concessionnaires de la dalle, les voies ferrées et les seuils des bâtiments permet de mieux cerner les contraintes physiques et potentiels points de conflits. La maquette numérique nécessite un léger investissement, pour d’immenses bénéfices pour le client, le concepteur et les parties prenantes du projet, qui sont ici en nombre. Arcadis est à la pointe du savoir-faire en BIM, comme en témoigne notre récente récompense lors des BIM d'Or 2016 avec Cofiroute »  


(c) Wilkinson Eyre Architects




Pour en savoir plus

Sophie Rapatel

Responsable Communication externe & Marketing +33 6 03 52 70 45 Posez-nous votre question