50 villes sous la loupe en matière de durabilité

La notion de durabilité est parfois utilisée à tort et à travers. De nombreuses villes affirment ainsi être l’endroit idéal où vivre et travailler. Toutes les villes sont-elles pour autant si durables ? Le Sustainable Cities Index établi par Arcadis permet de s’en faire une idée.

Rik Menten

Director Business Development – Europe North & South +32 (0)473 928 488 Posez-nous votre question

Tout comme les êtres humains, les villes sont uniques. Chacune d’elle a une histoire, un tissu social et une situation géographique qui les rendent incomparables. Aussi la question de la durabilité s’exprime-t-elle partout différemment. Toutes les villes ont cependant en commun de s’efforcer d’être des lieux où les habitants se sentent bien, où l’impact sur l’environnement est limité et où l’économie bénéficie d’un espace où se développer. Heureusement, car les villes regroupent 54% de la population mondiale, assurent 70 à 80% de l’activité économique et sont responsables de 80% de la consommation d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre. Vu leur contribution à l’empreinte écologique mondiale, une grande partie de la responsabilité en matière de développement durable leur incombe. Si nous voulons agir en faveur de la durabilité, il est donc logique de prendre les villes comme point de départ.

Trois pôles de durabilité

Étant donné la multitude et la diversité des villes, en présenter une vue d’ensemble est un véritable défi. Avec son premier Sustainable Cities Index, Arcadis a franchi le pas vers un référencement mondial de la durabilité. Trois piliers du développement durable ont été examinés sur base d’une méthodologie de recherche : People, Planet et Profit. Chacune de ces dimensions a ensuite été subdivisée en critères sous-jacents. Dans la catégorie People ont par exemple été étudiés l’équilibre entre le travail et la vie privée, la qualité de l’enseignement, l’égalité entre les revenus ainsi que la présence d’espaces verts. La partie Planet s’est plutôt attachée à la consommation d’énergie, aux déchets et à la pollution atmosphérique. Enfin, la catégorie Profit a pris en considération les facteurs économiques tels que les infrastructures de transport, l’environnement entrepreneurial et le prix de l’immobilier.

Points forts

Le classement offre une image et un point de comparaison de 50 villes du monde. Dans le top 10 se trouvent pas moins de sept villes européennes, Francfort en tête. Quelques villes asiatiques hautement développées comme Séoul (7e) ou Hong Kong (8e) occupent également le haut du classement. Bruxelles se situe à la 13e place. Les résultats d’autres régions du monde – comme l’Amérique du Nord, qui ne présente aucune ville dans le top 10 – sont plutôt décevants. Et ceux des villes en croissance rapide des pays en développement sont assez alarmants. Ainsi, Nairobi occupe la 50e place du classement, alors que cette mégapole se prépare à une explosion démographique de 121% d’ici 2030.

Source d’émulation

Il est essentiel de ne pas considérer le Sustainable Cities Index comme un instrument de hiérarchisation des villes, avec à son sommet une élite de villes exemplaires en ce qui concerne la durabilité. Nous constatons pourtant qu’il y a encore du pain sur la planche. De manière générale, les villes atteignent par exemple des scores moins élevés en matière de facteurs sociaux que de facteurs environnementaux et économiques : il semble que leurs efforts pour être productives et respectueuses de l’environnement se produisent au détriment de la qualité de vie de leurs habitants. Il n’existe donc pas encore pour le moment de « paradis de la durabilité ».

L’Index peut être utilisé par les villes comme outil de comparaison vis-à-vis des autres villes. Les décideurs pourront par exemple observer comment se positionnent dans l’Index les villes ayant un profil similaire et voir comment elles peuvent adapter leurs meilleures pratiques. Elles peuvent aussi entrer directement en contact les unes avec les autres pour échanger des connaissances. Ce n’est pas nouveau : les « autoroutes à vélo » de Copenhague sont régulièrement visitées par des délégations. Le Sustainable Cities Index met en évidence plus d’un de ces exemples : Francfort et Berlin pour le traitement des déchets, São Paolo et Rio pour l’énergie renouvelable et Melbourne aussi bien pour les transports en commun que la qualité de l’air. Les meilleures pratiques proviennent vraiment des quatre coins du monde. En somme, les opportunités d’échanger des connaissances ne manquent pas.

Alors que les villes sont plus importantes que jamais, nous avons le choix de les développer de manière durable et équilibrée. Saisissons cette chance pour donner vie, ensemble, à des villes inspirantes, agréables et productives.

Pour en savoir plus

Rik Menten

Director Business Development – Europe North & South +32 (0)473 928 488 Posez-nous votre question

Publications

Sustainable Cities Index

50 villes sous la loupe en matière de durabilité