• Communiqué de presse
  • 29 novembre, 2018
  • Bruxelles

Anvers et Bruxelles en-dessous de la moyenne par rapport aux autres villes européennes en termes de durabilité.

Bruxelles - Bruxelles, le 29 novembre 2018 - Les villes européennes sont pionnières en matière de durabilité. Dans le top 20, on retrouve quatorze villes européennes, Londres étant la ville la plus durable au monde. Stockholm, Édinbourg, Singapour et Vienne clôturent le top 5. Anvers et Bruxelles arrivent respectivement en 43e et 47e place, ce qui est médiocre par rapport aux autres villes européennes. Voilà ce qu’il ressort de la troisième édition du Sustainable Cities Index (SCI) 2018, une étude menée tous les deux ans par le bureau d’étude et d’ingénierie Arcadis. Ce rapport établit le classement de 100 villes du monde entier selon les trois piliers de la durabilité : « people, planet & profit ». Au total, plus de 30 indicateurs dans ces trois catégories sont examinés.

Brussel

La rentabilité économique est un levier pour le développement urbain durable.

« Les villes grandissent toujours plus et gagnent en importance », déclare Kristof Peperstraete, CEO d’Arcadis Belgique. « L’attention se déplace des économies nationales vers les économies régionales. La concurrence entre les villes est toujours plus acharnées, notamment pour attirer les entreprises. Les citoyens accordent quant à eux une importance croissante à la qualité de vie. La mobilité, la qualité de l’air et la connectivité jouent à cet égard un rôle central. Avec ce rapport, nous voulons dresser la carte des défis en matière de durabilité, encourager le débat et amener le développement urbain durable à un niveau supérieur, à court comme à long terme. »

Les villes belges affichent généralement de bons résultats dans la catégorie « people ». Anvers et Bruxelles ont d’excellents résultats pour ce qui est de l’égalité des revenus et l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. La qualité de l’enseignement et des soins de santé est également élevée. La transformation numérique pourrait être plus rapide. Les initiatives dans le domaine « Mobility As a Service » constituent un pas dans la bonne direction, mais d’autres villes sont déjà plus loin. Le coût du haut débit est également trop élevé, tandis que la disponibilité du wifi gratuit est trop faible.

Dans la catégorie « planet », la bonne infrastructure cycliste et la politique efficace en matière de déchets ne font pas le poids face à la mauvaise qualité de l’air de Bruxelles ou même d’Anvers. Selon Piet Kiekens, Sustainable Cities Expert chez Arcadis, la vitesse à laquelle nous prenons des mesures n’est pas assez rapide: « Prenons par exemple la transition énergétique et le passage aux véhicules électriques. Alors que les Pays-Bas disposent déjà de 33.000 bornes de chargement pour véhicules électriques, il n’y en a que 2.000 en Belgique. Nos entreprises consomment encore trop de carburant fossile, même s’il y a quelques initiatives avec la géothermie ou la réutilisation de la chaleur des centres de données par les entreprises environnantes. »

Enfin, le facteur économique est examiné lui aussi. Aucune ville n’offre autant d’emplois par rapport au nombre d’habitants qu’Anvers, qui devance  Bruxelles de 22 places, dans la catégorie « profit ». Bruxelles occupe la 66e place, flirtant avec des villes telles que Lisbonne et Athènes. Le chômage diminue depuis quelques années à Bruxelles, mais il demeure à 16%, pour 6,5% en Flandre. En outre, la problématique de la mobilité nuit à la productivité, à Bruxelles comme à Anvers. En matière de mobilité, ces deux villes se trouvent dans le quatrième quartile des 100 villes du monde entier. De grands projets infrastructurels, comme la liaison Oosterweel, l’adaptation du ring bruxellois et l’agrandissement du métro bruxellois se font attendre. 

Dans ce « Sustainable Cities Index », Londres figure comme la ville la plus durable, avec des scores très élevés pour les dimensions humaines et économiques. Les atouts de ce modèle urbain compensent les faiblesses, comme un habitat abordable et la congestion dans la ville. Aucune ville ne figure dans le top 10 des trois catégories, people, planet & profit. Londres obtient une deuxième place pour « people » et « profit », mais une 11e place pour « planet », ce qui constitue malgré tout le meilleur équilibre. 

La majorité des grandes villes d’Afrique et d’Asie se retrouvent en fin de classement. La mobilité demeure un point d’attention, avec de nombreux embouteillages et des transports en commun défaillants. Pour ces villes, le défi réside dans une croissance robuste de l’économie locale, combinée à une planification durable à long terme. La combinaison de croissance économique et d’amélioration de la qualité de vie demeure difficile. 
 
Kristof Peperstraete conclut : « La rentabilité économique est un levier pour le développement urbain durable. Bruxelles et Anvers doivent continuer à améliorer leur compétitivité économique, leur mobilité et surtout, oser passer à la vitesse supérieure. »

 
Top 20            20 derniers
 
1    Londres      81    Buenos Aires
2    Stockholm        82     Istanbul
3    Édinbourg        83    Tianjin
4    Singapour        84     Rio de Janeiro 
5    Vienne        85    Lima
6    Zurich          86     Salvador
7    Munich        87     Wuhan
8    Oslo            88    Chennai
9    Hong Kong        89    Delhi
10    Francfort        90     Chengdu
11    Copenhague        91     Bangalore 
12    Amsterdam        92    Johannesburg
13    Seoul            93    Mumbai
14    New York        94     Jakarta
15    Paris            95     Manille
16    San Francisco    96    Nairobi
17    Hambourg        97     Cape Town 
18    Berlin            98     Hanoi
19    Seattle        99    Le Caire
20    Dublin            100    Calcutta
 

Télécharger le rapport complet ici 

Comparez des villes mondiales sur notre site global

Pour en savoir plus

Katrien Hermans

Marketing & External Communications Manager +32 496 19 90 97 Posez-nous votre question